Accueil » Culture » Cinéma : A la découverte de Djiby Sadio,  un génie des effets spéciaux

Cinéma : A la découverte de Djiby Sadio,  un génie des effets spéciaux

12436123_10207314612417305_1941252254_nAvec une  imagination très poussée mais  souvent  limitée  par des  soucis  techniques,  Djiby Sadio est un jeune réalisateur  Sénégalais  de 22 ans  qui  a appris a faire d’excellentes vidéos grâce à internet et particulièrement à Google. Cet étudiant en deuxième année au département d’anglais de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar rêve d’amener le cinéma sénégalais au haut niveau. Originaire de Dakar, ce génie des effets spéciaux qui a transformé sa chambre en studio de montage, vit à Mboro depuis 2003, avec ses parents. Ce jeunot  qui choisit les membres  de sa famille dans ses premiers courts métrages, trouve une évolution satisfaisante dans la production audiovisuelle au Sénégal, depuis quelques temps. L’autodidacte qu’on surnomme « l’ami de google », rêve d’intégrer une école de cinéma pour se perfectionner.

Quand est ce qu’avez vous commencé à faire de la vidéo ?

Avant la vidéo, je passais la quasi-totalité de mes journées à faire des montages photos et à dessiner. J’ai commencé en 2008 sous l’influence d’un infographiste qui se nomme LAYEPRO. Son blog m’avait d’une part influencé, et je voulais à tout prix atteindre, voire surpasser son niveau. En 2010 un ami m’avait recommandé de toucher aux vidéos, j’ai trouvé de bons logiciels ( Blender, Aftereffects ) et j’ai commencé à réaliser de petites vidéos , parfois des courts métrages pour ma page VIMEO. Mon entourage commençait à apprécier mes œuvres, et c’est ainsi que j’ai eu la force de sauvegarder cette passion qui réside toujours en moi.

Où est-ce que vous avez appris à faire de la vidéo ?

Ma réponse va tous vous surprendre, mais à vrai dire je n’ai fait aucune école d’audiovisuel. Certains disent que je me vante en disant que j’ai tout appris seul et pourtant c’est totalement vrai. J’ai appris à faire des vidéos sur le net grâce aux tutoriels, je passe des nuits entières à faire des recherches dans le domaine. Comme le disent certaines personnes : « Google est ton ami » et c’est totalement vrai, tout ce que je sais aujourd’hui c’est grâce à GOOGLE. C’est comme si je suis chez moi et je fais des courts à distance, c’est pourquoi je suis toujours penché sur l’écran. Et je regarde beaucoup de films.

Y’a  t’il des films  qui vous  ont  particulièrement influencé ?

Je dirais oui avec un grand O. Le cinéma a toujours été pour moi une échappatoire. A l’époque où internet n’était pas accessible à tout le monde, regarder un nouveau film était difficile. J’ai une sœur résidant en France, qui amenait des dvds chaque année et c’est durant cette période que j’ai été influencé par les films de disney/Pixar. Je passais des heures à les regarder, à regarder des détails. C’est après quelques années qu’un film m’a totalement influencé, il s’agit de AVATAR de james Cameron. Ce long métrage m’a fait aimé littéralement les effets spéciaux, c’était le meilleur film pour moi. Il m’a beaucoup inspiré. Si vous avez bien regardé le film, vous verrez que leurs appareils volant ressemble à ceux sur ma vidéo de CALL OF DUTY : SENEGALESE WARFARE disponible sur ma page « Djibess the designer ».
The Destroyer by djibess

Comment votre  famille  trouve  ce  que  vous  faites ?

Sans ma famille, je n’aurais pas ce niveau ou même j’aurais abandonné depuis très longtemps. Tout le matériel que j’ai aujourd’hui c’est grâce à ma famille, elle ma aidé dans tous les domaines. Tous me soutiennent et trouvent que je m’en sors bien qu’ils ne le pensaient. D’ailleurs, je travaille avec mon frère Malick , c’est un excellent photographe et caméraman. Nous avons monté un label « JAP » avec un autre Cheikh Fall. Tout ça prouve que ma famille m’aide beaucoup à aller de l’avant et personne ne m’a jamais découragé.

Qu’est  ce  qui  te  plait le plus dans  ce  que  tu  fais ?

Tout ce que je fais, je veux que ça soit magnifique à voir, c’est pourquoi je passe parfois des jours à faire une vidéo de 7s. La beauté, c’est ce qui me plaît vraiment dans ce que je fais. Ce que je fais n’est pas facile, certains pensent que ce sont de simples clics qui font tout ce résultat. Moi je dis que c’est la passion et la patience qui peut t’aider à aller de loin, j’aime ce que je fais.

Qu’est ce  que vous  gagnez dans  ce  que vous  faites ? Ou bien c’est  juste une  passion ?

En 2015, on (JAP) a réalisé 6 music vidéos. Avant l’argent c’est la passion qui nous pousse à réaliser tout ca. Il y a 2 vidéos qu’on a faites gratuitement, mais les autres ont été faites sur des tarifs consentis.
Music Video 2015

Quelles  sont  les difficultés  auxquelles vous  faites  face  tous  les  jours ?

C’est très rare que je valide à 100% un travail que j’ai fait, car pour moi, il me reste toujours des choses à apprendre. J’ai toujours des soucis techniques et c’est ca qui limite mon imagination. Je songe toujours à donner le meilleur de moi mais parfois le manque de moyens techniques me gâte les idées que je veux illustrer.

N’avez-vous jamais  été  contacté par une  boite  de production ?

En 2015 j’ai eu à travailler à MARODI TV et à ARTMADA. C’était une expérience unique pour moi et j’ai appris beaucoup de choses durant cette période.

Qu’est ce que  vous  avez  envie  de révolutionner dans le  domaine de  la vidéo  au  Sénégal ?

Parfois je regarde à la télé de très bonnes vidéos, des films et tout, ca me fait plaisir de voir que l’art à évoluer dans notre pays. Y a beaucoup de jeunes talentueux dans notre pays, passionnés par la réalisation. Personnellement je veux faire les mêmes sacrifices que font les grands réalisateurs pour nous sortir un produit extraordinaire. Y a pas de limites quand on est créateur, il est grand temps que nous Sénégalais de faire des films où y a des effets spéciaux, des scènes à couper le souffle, des trucs fantastiques. Si les blancs sont capables de le faire, alors nous aussi nous le sommes. J’aime « un café Avec », les gens devraient continuer à produire des séries du genre, du coup même la population va s’habituer qu’à regarder des vidéos de qualité équivaut ou supérieure à celle de cette série.

Quelle place peut-on attribuer au Sénégal en termes de production de vidéo ?

L’autre jour, je regardais la nouvelle vidéo du rappeur Canabass et j’étais heureux pour l’effort qu’il a fournis pour cette vidéo, je félicite Reverse Studio pour cette belle vidéo. Ceci prouve qu’on accorde de plus en plus à nos qualités de vidéo comparée aux années précédentes. Je dis qu’il y a une évolution satisfaisante en termes de production de vidéo. On voit à la télé une massive variété de séries réalisées soigneusement et c’est seulement sur cette lancée que nous pouvons annexer à notre pays un titre similaire a celui de Hollywood.
THE DESTROYER – Episode 1 directed by Malick & Djibess

Dans  vos  courts  métrages, vous  essayez de  donner vie à  des  créations surnaturelles, que  cherchez  vous  à montrer ?

On me demande souvent pourquoi j’aime faire des choses qui n’existent pas, je leur dis souvent que la réponse est sur la question. Ca n’existe pas c’est pourquoi j’aime les inventer, certains ne comprennent pas et je saisis bien leur point de vue parce que nous ne sommes pas nés dans un pays où le cinéma est favorisé. J’aime créer des trucs qui intriguent la population sénégalaise (lol), leur donner quelque chose de nouvelle pour eux. Ce que je veux c’est leur montrer que tout le monde a sa propre imagination et qu’on n’est pas toujours obligé de se borner sur des choses basiques.

Te  prend on pas  souvent  pour  un  fou  qui  a  trop d’ambitions dans  un pays ou  le  cinéma  semble  agoniser ?

Merci de m’avoir poser  cette question, c’est un moyen pour moi d’inspirer les autres qui sont sur la même lancée que moi. Croyez juste en vos rêves, les critiques y a n’en partout dans le monde, quoique tu fasses y aura toujours certains qui n’apprécieront pas. Le Nigéria fait partie aujourd’hui, de  l’un des pays où le cinéma est développé. Nous aussi nous pouvons bel et bien rendre notre cinéma  international. Chacun a son style de reproduire la beauté. Je vivrais Inchallah tout en essayant de valoriser le cinéma Sénégalais et je ferais partie de ceux qui l’amèneront à un niveau très haut.
Apparence-Bande annonce

Comments

comments

Commentaires (1)

Laisser un commentaire

*

© 2016 Powered By Echos2Rues

Retour en haut de la page
replica tasche replica uhren rolex replica louis vuitton handtaschen replica borse replique montre replica IWC uhren replique sac a main replique sac chanel replique montre replica bolsos реплики сумки replica gucci handtassen